La porte de l'église de Joch
Porte de l’église

Here, this page in English

Aquí, aquesta pagina en Català

Le passé a laissé dans le vieux village plusieurs témoignages architecturaux remarquables. Divers panneaux explicatifs situés dans les lieux les plus caractéristiques vous en livreront les clefs. Ces panneaux ont été réalisés avec le concours de la Communauté de Communes ; Jean-Claude GRAULE est l’auteur des différents textes.

These panels in English

Aqueixos taulers en Català

La Força

La « Força » est une enceinte fortifiée regroupant habitations et celliers disposés autour de l’ancien château, occupant la partie haute du vieux village. Il ne reste que deux portes et certains murs extérieurs de l’ouvrage originel.

La « cambra del rector » au plafond peint

Dans l’une des chambres de l’ancien presbytère (édifice dans lequel est installée actuellement la Mairie), on peut admirer un magnifique plafond peint datant du XVIIe siècle. Cette chambre était connue comme étant la « cambra del rector » (chambre du curé), personnage important du village. On lit sur la poutre centrale la date d’achèvement, semble-t-il, des travaux de peinture : septembre 1693. En haut des murs de la pièce, trois dessins figuratifs.

Le secrétariat de la Mairie est installé dans la pièce attenante à la « cambra del Rector ».

L’église

Introduction

L’église actuelle, dédiée à Saint Martin, date du XVIIIe siècle.
L’ancienne église était située près du cimetière, c’était une chapelle romane dont on trouve la première mention en 1031. Cette église dédiée à saint Martin possédait une crypte où furent enterrés certains seigneurs et certains prêtres du village.
Jugée sans doute trop petite et surtout trop éloignée du village, elle fut remplacée au cours du XVIIIe siècle par l’église actuelle. Il ne reste quasiment plus rien de cette ancienne église, la tradition veut que l’on en ait utilisé les pierres pour la construction de la nouvelle église.

Architecture

L’église est d’une seule nef se terminant par une abside carrée. De part et d’autre de la nef s’ouvrent six chapelles, trois côté Nord, trois côté Sud.
La voûte de style gothique se divise en cinq travées ; chacune d’elles comporte une croisée d’ogives en briques dont la clé est en granit. Sur le mur du fond s’appuie une tribune.
Les murs sont faits de pierres liées au mortier de chaux.

Construction

La première pierre fut posée le 5 mai 1756. Les travaux durèrent une vingtaine d’années jusqu’en 1778, date gravée sur la clé de voûte de la première travée.

Le portail

Le portail en pierre de taille est surmonté de trois boules dont une en marbre. On peut lire, sculptée dans le granit, la date du 2 mars 1776.

À l’intérieur

À droite en rentrant, on remarquera les fonts baptismaux romans taillés en une seule pièce dans le marbre rose du Conflent, ils reposent sur une meule en granit. Le bénitier du XVIIe siècle est en marbre rose. Fonts baptismaux et bénitier proviennent de l’ancienne église du village. Dans la niche des fonts baptismaux, la statue de Saint Jean en bois d’olivier provient du Mas Rubí.
L’église abrite plusieurs retables baroques de grande valeur (fin du XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles).

Première chapelle à droite

On peut y voir le retable de saint Hyacinthe œuvre d’Honoré Rigau, arrière grand-père du célèbre peintre de Louis XIV. Ce retable date de 1594 et provient du couvent des Dominicains de Perpignan, il fut acquis par la paroisse de Joch durant la Révolution française. Toutes les scènes qui le composent sont peintes sur bois. Au centre, la Vierge apparaît à saint Hyacinthe ; à droite, saint François d’Assise reçoit les stigmates.

Première chapelle à gauche

Retable des saintes Cécile et Agnès : il provient lui aussi du couvent des Dominicains de Perpignan, c’est une œuvre du peintre Jean-Antoine Marti, il est daté de 1623. La statue centrale est une statue de saint Benoît transformé en saint Antoine, saint que l’on vénère dans cette chapelle et que l’on fête à Joch le 17 janvier. Le retable est surmonté du blason catalan.

Seconde chapelle à droite

C’est la chapelle de la Sanch (passion du Christ). Le seul ornement de cette chapelle est un très beau Christ en croix de type baroque (XVIIIe siècle). La chaire en bois est décorée de quatre motifs sculptés et dorés représentant les évangélistes.

Seconde chapelle à gauche

Chapelle abritant le petit retable de la Vierge du Rosaire.

Troisième chapelle à droite

Le retable de saint Jean-Baptiste provient de l’ancienne église du village, c’est une œuvre généralement attribuée au grand sculpteur catalan Joseph Sunyer (retables des maîtres-autels de Prades, Collioure…). C’est un retable de pur style baroque retraçant plusieurs épisodes de la vie de saint Jean. (Baptême du Christ, décollation.) Derrière l’étendard que tient le saint (statue centrale), on peut lire la date de 1698.

Troisième chapelle à gauche

On vénère dans cette chapelle saint Sébastien mais le retable qui l’orne est dédié à Notre Dame des Anges.

Maître-autel

Le retable du maître-autel est dédié à saint Martin, patron du village. Il provient lui aussi de l’ancienne église et est daté de 1728. C’est une œuvre baroque également attribuée à Joseph Sunyer. On peut y admirer plusieurs scènes de la vie du saint. Au centre, la statue de saint Martin évêque fêté le 11 novembre ; à droite la statue de saint Gaudérique, saint protecteur des agriculteurs ; à gauche, la statue de saint Joseph est une copie récente de la statue en bois polychrome d’origine. Elle a été en partie financée par l’association « Pa, vi i molto » de Calella.

Texte : Jean-Claude GRAULE

Visites commentées

Pour des visites commentées de l’église Saint-Martin de Joch (1h30 environ) et/ou du village (2h environ), s’adresser à :

M. Gérard GENSANE, 17 Carrer Major, tel 06 83 10 09 43